Photos

Vidéo

Présentation

Infusion plutôt que fusion, Egyptian Project est le fruit d’une collaboration engagée sur la durée entre des tenants de la tradition égyptienne et un jeune musicien français qui mêle aux sonorités du Delta du Nil, de la ville du Caire, les ambiances du trip-hop, de l’electro, du hip-hop ou bien de la musique classique. « Une rencontre fleuve, baignée d’effluves orientaux et d’exhalaisons électroniques minimales », pour un voyage vers des contrées inexplorées… Yallah !

Lire plus

On ne peut que rêver aux époques lointaines où les musiciens, les danseuses et autre artistes de toutes spécialités avaient au Caire leurs quartiers et leurs cafés, où l’on venait les trouver pour leur proposer l’engagement d’un soir, d’une fête, d’une noce ou d’une naissance.

Un courant électro- acoustique qui réveille et révèle les beautés de la musique des bords du Nil et l’emmène ailleurs, sur des terres inexplorées. Le fruit d’un long travail entrepris par le Nantais Jérôme Ettinger, musicien sans frontière et directeur artistique du projet mené par Togezer Productions. Il a multiplié pendant dix ans les expériences musicales au long cours en France et en Egypte, les résidences et les rencontres, organisé des actions pédagogiques autour des instruments traditionnels égyptiens (rababa, percussions, violon, chant et kawala) et des musiques assistées par ordinateur.

Il a été épaulé par Jean Paul Romann (ingénieur du son et réalisateur avec Tinariwen, Lojo…) lors d’un traval de pré-production et d’enregistrement en Egypte, en immersion dans la culture du pays. Rodolphe Gervais (ingénieur du son avec Ray Charles, Assassin, Idir…) a pris en charge l’enregistrement et le mixage de l’album au Studio Faulne.

Qu’on juge de la difficulté : marier aux séquenceurs les rythmes maqsoum, baladi ou ayoub du maître percussionniste Ragab Sadek. Concilier les envolées incroyables du chanteur et joueur de kawala, Sayed Emam au travail vocal contemporain de Jérôme Ettinger. Accorder aux ordinateurs les notes du célèbre jouer de rababa et violoniste, Salama Metwally. Associer aux programmations électroniques les subtilités de la musique modale et ses irréductibles quarts de tons.

Tous maîtres dans leur art, les artistes égyptiens d’Egyptian Project pratiquent depuis de longues années des instruments dont ils ont appris les techniques et les répertoires par transmission orale. Pousser plus loin la fusion avec les musiques actuelles, en confrontant à ces musiques traditionnelles, sacrées ou populaires, les musiques savantes enseignées au conservatoire comporte un fort intérêt musicologique. Leur interaction forme une « musique unique » qui ne cesse de porter l’âme au-delà des frontières.

D’après l’article de Lola Gruber, Paris quartier d’été.

Presse

« Egyptian Project explore avec pertinence la voie des métissages possibles entre tradition égyptienne et musique électronique. » Le Monde / Supplément

« Après avoir tremblé à l’unisson avec le peuple égyptien, nous vibrons – le cœur léger cette fois – avec Egyptian Project. » Mondomix

« Egyptian Project, un courant électro-acoustique qui révèle les beautés de la musique des bords du Nil et l’emmène ailleurs, sur des terres inexplorées. » RFI

« Du bonbon pour l’âme.» Journal Metro

« Jérôme Ettinger parvient à créer un équilibre entre tambours, batterie et séquences rythmiques ou entre vièle antique, violon et violoncelle, sur une musique modale pénétrée par les mélismes subtils et la force émotionnelle du chanteur Sayed Emam. Vraiment très bon.  » Le Devoir.com

« Une vraie réussite, et un album que goûteront tous les amoureux de l’Egypte, et de ses musiques… » Babelmed.net

« Plus qu’une simple fusion, c’est un travail subtil, profond, un travail de passion. Le résultat n’est pas prétentieux, ni surfait, juste extraordinaire. » BBC World Service / The Strand

« Egyptian Project, c’est la rencontre fertile de cinq musiciens entre Nantes et le Caire, chacun prophète dans son instrument, un concentré de talent de la Méditerranée orientale. » RTS / Paradiso

« Ce mélange unique se révèle, sur « Ya Amar », une chanson qui parle de la lune, astre que l’on voit de la même façon dans le monde entier, un hommage mérité à une nation de la diversité en pleine période de transition. » Splinters and Candy

Contacts

Booking: Victor Gonon- victor@gingersounds.com – +33 (0)6 13 76 30 68

Autres artistes Ginger Sounds